S’il y a une chose qui peut ruiner une belle journée d’été, c’est bien le smog. Que ce soit lié à la fumée des feux de forêts ou non, cette pollution de l’air n’est pas seulement désagréable. Elle peut, en effet, engendrer de problèmes de santé assez importants. L’hiver, nous ne sommes pas non plus à l’abri du smog, surtout dans les régions où beaucoup de gens utilisent des foyers au bois.

Concrètement, le smog est un mélange toxique d’ozone troposphérique, un gaz très irritant produit par l’activité humaine, et de particules fines. Ensemble, ils forment un type de brouillard sec, qui peut donner un filtre jaunâtre à l’air ambiant.

À court terme, le smog a surtout un impact sur les personnes déjà à risque, comme les personnes âgées et les gens souffrant de problèmes cardiaques et de maladies pulmonaires comme l’asthme. D’ailleurs, le smog est reconnu comme la cause de milliers de morts prématurées chaque année. À long terme, à force d’exposition, même les gens très en santé peuvent développer des problèmes comme une bronchite chronique, un cancer du poumon et des maladies cardio-vasculaires.

Ces problèmes de santés dus à l’exposition au smog peuvent être en grande partie évités en sachant comment se protéger du smog. Voici neuf astuces pour y arriver.

Rester informé

La première stratégie est de connaître l’indice de la qualité de l’air. Pour ce faire, vous pouvez consulter les sites d’informations du gouvernement ou votre plateforme préférée de conditions météorologiques.

À l’œil nu, un smog estival dû aux voitures et à la chaleur peut avoir la même apparence qu’un smog lié à des feux de forêt. Toutefois, les deux n’ont pas les mêmes effets sur vos poumons. De plus, selon les conditions météo, la différence entre un couvert nuageux normal et du smog peut être difficile à discerner. Afin d’être certain de la qualité de l’air et des méthodes à prendre pour vous protéger, il vaut mieux consulter un site d’information fiable.

Savoir reconnaître les symptômes

En cas de doute, sachez également reconnaître les symptômes causés par une exposition au smog. De cette façon, si vous êtes incommodé, vous saurez qu’il est temps de mettre un masque ou de retourner à l’intérieur.

Parmi les symptômes les plus courants se trouvent le mal de tête, les sinus irrités, les yeux et le nez qui coulent, un mal de gorge et une toux légère. Eh oui, ces symptômes ressemblent aux symptômes des allergies saisonnières. Gardez en tête que, même s’il ne s’agit que de simples allergies, rester à l’intérieur, dans un endroit avec une bonne qualité de l’air, pourra aussi vous soulager !

En cas de symptômes plus graves comme une respiration sifflante, des étourdissements, l’essoufflement, des douleurs dans la poitrine, une grosse toux ou des palpitations cardiaques, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé.

Fermer les fenêtres

C’est une des premières règles à respecter quand il y a beaucoup de smog. Veillez à bien fermer toutes les fenêtres de votre résidence. Il en va de même pour votre voiture.

Si vous avez trop chaud, utilisez un ventilateur ou un climatiseur. Il est particulièrement important de fermer les fenêtres la nuit, afin d’éviter de vous exposer durant votre sommeil.

Se munir d’un bon climatiseur avec un bon filtre

En plein été, si vous devez fermer les fenêtres, vous voudrez avoir un climatiseur afin de ne pas avoir trop chaud. Sachez que tous les climatiseurs ne sont pas égaux ! Veillez à avoir un filtre de très bonne qualité. Idéalement, en période de smog, votre climatiseur devrait utiliser l’air intérieur plutôt que l’air extérieur, afin de limiter l’entrée de polluants. Cela va autant pour un climatiseur dans votre résidence que pour la climatisation de votre voiture.

Utiliser un purificateur d’air

Pour que votre air intérieur soit de la meilleure qualité possible, pensez à utiliser un purificateur d’air ou un échangeur d’air. En plus de vous éviter de respirer des polluants liés au smog, les purificateurs d’air peuvent diminuer la quantité d’allergènes comme le pollen, ainsi que certains virus et bactéries.

Attention, il faut que le purificateur d’air soit muni d’un filtre HEPA 13 ou 14 pour être véritablement efficace. Il existe des tonnes d’appareils appelés purificateur d’air qui ne sont pas du tout efficaces.

Attention aux courants d’air

La chasse au courant d’air est souvent mentionnée comme truc pour économiser sur le chauffage d’une maison l’hiver, ou sur la climatisation l’été. C’est normal : s’il y a un courant d’air, c’est que l’air extérieur arrive à pénétrer dans la maison.

Or, si l’air rentre, les polluants aussi ! C’est pourquoi il est recommandé de bien calfeutrer les fenêtres et les portes. L’été, vous pouvez simplement mettre une serviette humide roulée dans le bas des portes pour empêcher l’air de rentrer.

Porter un masque

Quand l’indice de smog est élevé, l’idéal est de limiter les activités extérieures et de rester à l’intérieur. Si vous devez absolument sortir, ou que votre travail vous exige d’être dehors, utilisez un masque.

Les masques chirurgicaux devenus la norme avec la pandémie Covid-19 ne fonctionnent pas contre les microparticules. Il faut utiliser ceux de catégorie industrielle, et ceux-ci doivent être bien ajustés. Avec ce type de masque, il est plus ardu de respirer, ce qui peut être problématique pour les gens ayant déjà des difficultés respiratoires. Si c’est votre cas, il est vraiment préférable de rester à l’intérieur.

Prendre soin de sa santé respiratoire

Les effets à court terme du smog seront beaucoup moins dérangeants si vous prenez soin de vos poumons. Sans surprise, la première étape est d’arrêter de fumer et d’éviter la fumée secondaire. Faire des exercices de type cardio, ce qui inclut marcher d’un bon pas, vous permettra d’augmenter votre capacité pulmonaire.

Bien sûr, il faut éviter de faire ce type d’activité dehors lorsqu’il y a des épisodes de smog. Entraînez-vous à l’intérieur ou attendez des journées où la qualité de l’air est bonne.

Bien s’hydrater

L’été, avec la chaleur et le smog, il est primordial de bien s’hydrater. Vous sentirez que vous pouvez mieux respirer et cela rafraîchira votre gorge si elle est irritée par les polluants.

L’hiver, on peut avoir tendance à moins boire d’eau, car on ne sue pas autant. Pourtant, avec le froid, il y a aussi une certaine déshydratation, sans compter la déshydratation causée par l’air sec du chauffage. Bref, été comme hiver, assurez-vous de boire suffisamment d’eau, cela vous aidera à soulager les effets du smog.

Finalement, notre mode de vie a un impact important sur la présence de smog en tant que tel, ainsi que sur notre capacité de résilience. Afin de viser la prévention, il vaut mieux prendre certaines précautions, comme d’éviter de faire des feux à l’extérieur ou de brûler des feuilles mortes. Quand c’est possible, utilisez les transports en commun ou le transport actif, afin de diminuer la quantité de polluants liée aux automobiles. Finalement, n’oubliez pas de prendre soin de vous !

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser

Certifications